Comment fonctionne un produit structuré ?

Les produits structurés, anciennement appelés placements à formule sont des classes d’actifs indépendantes, tout comme les obligations, les actions, etc. Ils sont basés sur une formule mathématique prédéfinie qui combine quelques instruments financiers dont la performance est fonction d’un sous-jacent. Ils présentent un potentiel de gain élevé dans la plupart des scénarios de marché et présentent donc un risque important de perte en capital (totale ou partielle) au cours de leur cycle de vie et de leur échéance.

Produit structuré : qu’est-ce que c’est ?

Le produit structuré est un produit financier non coté émis par un organisme financier et pouvant être conclu directement ou sous forme de contrat d’assurance-vie. Les produits structurés associent différents produits financiers (actions, obligations, etc.). Leur but est d’avoir un bon rendement en garantissant le capital investi (partiellement ou totalement). D’un point de vue juridique, ces véhicules d’investissement sont quelquefois des fonds communs de placement. Si ce placement fiable vous intéresse, obtenez plus d’informations sur ce sujet.

Comme les autres instruments financiers, ils ont leurs propres des principes de fonctionnement, sensibilités et caractéristiques aux éléments de marché. Les supports structurés sont émis sous diverses formes juridiques, obligations ou sous-jacents et sont négociés sur les marchés financiers.

Cependant, rappelez-vous que la formule de paiement de tout produit structuré n’est valable que dans le délai imparti. Par conséquent, le produit doit être stocké jusqu’à la fin de sa durée de vie utile. 

Les produits structurés : comment ça marche ?

 Ces produits complexes combinent de multiples investissements financiers dans un portefeuille dont la performance dépend de l’actif sous-jacent (comme la progression des taux d’intérêt sur les obligations). Le retour du produit est déterminé en fonction la formule mathématique connue durant la souscription. La plupart des produits comportent des barrières de protection qui limitent la perte en capital. En échange de cette défense partielle, les opportunités de profit sont limitées. Les produits d’actions sécurisés sont généralement basés sur une faible volatilité ou une couverture des risques des actifs sous-jacents en les affectant à un panier d’actifs sous-jacents.  Dans tous les cas, le capital sera restitué aux investisseurs à l’issue de la période déterminée depuis le début (entre deux à dix ans).

De nombreux produits structurés, en particulier ceux vendus dans le cadre de polices d’assurance-vie, comprennent :

– Une obligation senior pour garantir la stabilité du capital investi ;

– Les obligations plus risquées, responsables d’une meilleure rentabilité financière ;

– De swaps, les investisseurs professionnels utilisent ces contrats pour échanger diverses classes d’actifs (devises, produits de taux…) pour se protéger des fluctuations du marché.

Le gain financier des placements à formule est fonction de la formule de calcul utilisée pour compléter la période d’investissement de base. L’émetteur de l’émetteur, la période de souscription, la durée, le type de sous-jacent et le risque de perte en capital sont les facteurs les plus importants à considérer avant de souscrire.

Quels éléments définissent un produit structuré ?

Plusieurs facteurs doivent être pris en compte lors de l’investissement dans un support structuré, car ils déterminent les performances futures et la durée du produit structuré

  • L’émetteur : institution qui procède à des offres publiques par le biais de l’émission et de la distribution de titres.
  • Le structureur conçoit et participe à l’assemblage de produits structurés.
  • Titres de créance : Titres majoritairement composés de billets de trésorerie et d’obligations.
  • La période de souscription : Les jours pendant lesquelles ces produits peuvent être souscrits.
  • L’échéance : c’est du produit, qui est prédéterminé durant sa construction.
  • Le sous-jacent : c’est la valeur initiale sur laquelle appuyer la performance. Elle est susceptible d’être de nature variable : taux d’intérêt, indices, actions ou un assemblage de ces actifs.
  • Les risques : ils s’adaptent aux risques supportés par le souscripteur d’un produit structuré, en particulier : le risque de taux, le risque de liquidité, le risque de marché, le risque de crédit, le risque de perte en capital.
  • La meilleure compréhension des atouts et des désavantages des formules mathématiques.
  • La protection totale ou partielle du capital d’investissement.

Quels sont les différents types de produits structurés ?

  • Produits à revenu garanti : ces outils proposent une garantie totale de l’investissement initial du capital à l’échéance (hors taxes et coûts liés au contrat, et sans défaut de remboursement de l’émetteur).
  • Produits à revenu protégé : ces outils proposent des garanties partielles pour l’investissement initial du capital à l’échéance (hors taxes et coûts liés au contrat, sans défaut de remboursement de l’émetteur).
  • Produits de revenu : ces outils offrent des rendements garantis ou conditionnels (hors taxes et coûts liés au contrat, sans défaut de remboursement de l’émetteur), selon la progression des actifs sous-jacents, et il existe des moins-values ​​incontournables risque (partiel ou total), au cours de la vie et à maturité.

Les risques en lien avec l’investissement en moyenne liés aux fonds sont supportés uniquement par le souscripteur/assuré, l’assureur garantit seulement le nombre d’unités. Ces divers types de produits apportent des avantages très variés selon le niveau de développement de l’activité sous-jacente.

En général, les produits à revenu garanti présentent les risques les plus faibles, suivis des produits à revenu sécurisé, des produits à rendement et enfin des produits participatifs, qui représentent les types de placement les plus risqués.  

Qu’est ce qu’une fiduciaire et quel est son rôle ?
Guide pratique sur le métier de business developer