Quels sont les avantages du statut d’auto-entrepreneur

président sasu

Vous aimeriez exercer une activité professionnelle à titre individuel? Sachez que vous pourrez tirer de nombreux avantages à choisir le statut d’auto-entrepreneur.  Ce dernier est valable aussi bien pour une activité récurrente que ponctuelle.  Il vous permet en outre de créer plus facilement votre entreprise et de faire fi des lourdes démarches administrative exigées par les autres statuts juridiques. Découvrez-en un peu plus sur le dispositif auto-entrepreneur et ses atouts ci-après.

Statut auto-entrepreneur : à qui s’adresse-t-il ?

Toute personne physique souhaitant exercer une activité professionnelle à son propre compte peut choisir le statut d’auto-entrepreneur. Les personnes morales ne sont donc pas concernées par ce statut. Il existe aussi quelques restrictions quant aux activités pouvant bénéficier du statut d’auto-entrepreneur.  C’est notamment le cas des médecins, des avocats et des autres métiers libéraux réglementés. Il en va de même pour les artistes-auteurs.

En choisissant ce statut, une personne physique peut être salariée en même temps.  Ce cumul n’est toutefois valable qu’à condition qu’elle n’exerce pas une activité concurrente à celle de l’entreprise qui l’emploie. D’ailleurs, avant de pouvoir créer sa société, l’auto-entrepreneur devra rédiger une demande d’autorisation à son employeur actuel.

Le statut d’auto-entrepreneur propose plusieurs avantages pour les personnes qui souhaitent monter facilement leur société. Il garantit par exemple une immatriculation rapide, une comptabilité facilitée, une exonération de la TVA sous certaines conditions  ainsi que des avantages en ce qui concerne les charges sociales. Autant de raison donc de choisir ce statut pour commencer. Le passage en société (sasu, Eurl…) pourra toujours être envisagé plus tard. Rendez-vous ici pour en apprendre plus à ce sujet.

Statut auto-entrepreneur : des démarches facilitées

En optant pour le statut d’auto-entrepreneur, on bénéficie de démarches et formalités juridiques simplifiées en ce qui concerne la création de la société. Un auto-entrepreneur n’aura pas à payer des frais conséquents s’il effectue l’ouverture de son entreprise en ligne. De nombreux sites permettent en effet de réaliser l’immatriculation d’une société en ligne, sans accompagnement.

Pour devenir auto-entrepreneur, quelques documents simples sont à fournir. Il faut notamment une copie de la pièce d’identité de la personne concernée, un justificatif de domicile ainsi qu’une attestation sur l’honneur de non condamnation. Bien évidemment, d’autres documents pourront être exigés en fonction de l’activité que l’on souhaite exercée. Il peut s’agir de diplôme, d’une licence, etc. 

Une comptabilité allégée

En devenant auto-entrepreneur, on peut s’occuper soi-même de sa comptabilité. Ce statut n’exige en effet pas de fournir annuellement un bilan comptable au service des impôts. Ce qui fait que l’on n’est pas obligé de faire appel à une société externe pour se charger de la comptabilité ni d’engager un expert-comptable pour tenir les comptes de sa société.

Certaines obligations comptables incombent toutefois à l’auto-entrepreneur. Ce dernier devra entre autres ouvrir un compte bancaire destiné à son activité, produire des factures respectant les normes requises en la matière et tenir un livre de recettes. Certaines activités nécessitent aussi la tenue d’un registre des achats.

A noter que même si le statut d’auto-entrepreneur peut se révéler très intéressant lorsque l’on monte une entreprise, il faudra penser à migrer vers un autre statut lorsque l’activité que l’on exerce connaît un certain essor. Pour cela on peut passer en société et choisir entre les statuts Eurl ou SASU, selon ses besoins. Il ne faut d’ailleurs pas oublier qu’un président sasu pourra toujours par la suite exercer une activité additionnelle en tant qu’auto-entrepreneur.

Des avantages fiscaux intéressants

Les auto-entrepreneurs sont exonérés de la TVA lorsque leur chiffre d’affaires n’excède pas un certain seuil. Les activités de prestations dont le chiffre d’affaires ne dépasse pas 33 200 €, et les activités de ventes et assimilées n’excédant pas les 82 800 € de chiffre d’affaires jouissent donc du régime de franchise en base de TVA. Cela signifie que ces auto-entrepreneurs n’ont tout simplement pas à facturer de TVA à leur clientèle. Ce qui facilite d’autant plus la gestion de trésorerie de leur entreprise, car il n’y aura plus aucune TVA à collecter et à reverser à l’État.

Cette exonération permet à une entreprise individuelle d’être plus compétitive par rapport à ses concurrents. Elle pourra en effet facturer ses produits 20 % moins cher. Ce qui représente un argument marketing décisif pour attirer les clients.

Outre cette exonération de la TVA, le statut d’auto-entrepreneur rend également le calcul et la déclaration des cotisations sociales plus simples. Le micro-entrepreneur a en effet droit à un régime qui lui est propre en la matière. Les cotisations sociales sont calculées de manière automatique sur le chiffre d’affaires de l’entreprise. Ce qui signifie que lorsque l’entreprise ne réalise aucune vente, elle n’aura pas à payer de cotisations sociales. Mais, comme déjà évoqué, il peut se révéler plus judicieux de créer une sasu ou une eurl lorsque l’activité de l’entreprise se développe pour profiter des avantages inhérents à ces statuts.

 

 

S’informer sur les charges à payer dans une entreprise de type SASU
Puis je trouver un financement en crowfunding pour ma future société ?